:: IBS :: Interesting Books Selector :: Home | Contact | Imprint :: Find only [ english | german | french ] :: All languages :: All authors :: All titles :: All categories :: Categories [ Current controversies | Economy | Fiction | Hardware | History | Internet | Liberty | Mathematical recreation | Mathematics | Philosophy | Psychology | Political philosophy | Politics | Science | Software design ]

Type first few letters of name: author title


The Warren Buffett Way - Investment strategies of the world's greatest investor

Robert G. Hagstrom

Buy this book at Amazon.com or try Amazon.co.uk in England, Amazon.ca in Canada, Amazon.de in Germany, Amazon.fr in France, Amazon.it in Italy, Amazon.es in Spain. ASIN=0471132985, Category: Investment, Language: E, cover: PB, pages: 313, year: 1994.

Review © (2004) by interesting-books-selector.com

"Even if tax rates were 90 percent, [Buffett] says, there would be some real return for owners [of a positive business] if inflation rate were zero. [...] At a 32 percent tax bracket, with inflation at 8 percent, companies earning 12 percent on equity return zero to their owners. Traditional wisdom for years assumed that stocks were the perfect hedge against inflation."
--quote p58 (my copy has ASIN=0471132985) [ed note: owners being the shareholders of a company.]

Buffett also explains why passing on cost of inflation to customers won't help, because (see p60), U.S. businesses averaged 10-12 percent post WWII and the returns show no correlation to the raise or decline of inflation).

Even with interest rates still very low in 2004, inflation is picking up and an 8% inflation rate is not an unrealistic forecast for a few years from today; guess we could even look out above. How many companies earn more than 12% on equity?

If you are a serious investor, I'd recommend to read this book twice, because it really matters!


En francais:
Une explication de l'influence de l'inflation sur l'économie:
"At a 32 percent tax bracket, with inflation at 8 percent, companies earning 12 percent on equity, return zero to their owners."
voici ma traduction:
"Avec 32% de taux d'imposition, avec 8% d'inflation, une entreprise qui gagne 12% ROE, rendre zero à ses proprietaires !"
Les trois preconditions prises en compte sont tout a fait realistes:
  1. 32% est le taux d'imposition sur societés aux Etats Unis. (Si vous avez un taux plus élevé dans votre pays, le calcul devient encore pire.)
  2. 12% ROE, c'est le Return On Equity, en francais "capital propre", un indicateur de la profitabilité d'une entreprise relatif au capital investi, c.-à.-d., le capital necessaire pour fabriquer les produits ou services. Mais, attention, c'est la moyenne de profitabilité; un grand nombre des entreprises produit moins que 11 à 12% ROE! Le ROE est plus general que le benefice d'une entreprise, parce qu'il prend en compte le capital mis à la disposition pour l'operation de l'entreprise.
  3. une inflation egale à 8% est toute à fait possible, parce que le taux de l'inflation moyenne des 100 ans passés aux Etats Unis est de 7%.
Une augmentation de prix des produits pour compenser l'inflation n'est pas de solution, car la moyenne du ROE après la 2me guerre mondiale etait 11-12%, et ca sans aucune correlation avec le taux de l'inflation !

Les deux autres preconditions (impots et inflation) ne peuvent pas etre changé par l'entreprise. Le niveau de l'inflation (hors temps de guerre) est exclusivement un problem politique ! - pareil pour les impots!

Le resultat:
L'entreprise fait 12% ROE (c.-à.-d. elle produit 12eur par an, sur 100eur capital investi au debut de l'année).
Les impots mangent 32% de 12eur = 3.84eur; restant 8.16eur
La diminuation du pouvoir d'achat par l'inflation (8% par an) pour les 100eur investis = 8.00eur, restant que 0.16eur, ceci correspond à une rente de 0.16%.

Question : Quel investiseur mettrait 100eur dans une entreprise qui produit que 0.16% de rente? Après impots sur revenu ou retenue à la source sur les dividendes, la rente sera env. 0.1%, pour ne pas dire zero! Alors il n'y a plus de benefice pour les proprietaires de l'entreprise, c.-à.-d., les actionaires.

Si un investissement retourne zero, il n'y aura pas des investiseurs. Sans investiseurs, il n'y aura pas de production (voir aussi L. v. Mises). Sans production, il y aura un taux de chomage très élevé. Alors le nombre de clients potententels diminuera ce qui fait un cercle vicieux pour l'économie.

***
Regardons en France: L'inflation du FRF pendant 100 ans de 1901 à 2001 ( voir calculation avec les chiffres officiels publiés par l'INSEE etaient en moyenne 8% (par an ! composé)
"Ils" simplement ne pouvaient pas aller plus haut, sans reduire la France economiquement au niveau de la Russie. En consequence, l'industrialisation ne s'est jamais developpée en France - ni en Espagne, par ailleurs - et c'est exactement la raison, pour laquelle les deux plus grands secteurs de l'économie francaise sont:

1. L'agriculture (mais subventionnée avec 10 milliardes euro/ans par la CEE; difficile de parler d'un secteur de l'économie, s'il ne peut pas se soutenir lui meme)

2. Le tourisme (mais ca sera le premier secteur qui disparaitra quand l'inflation remonte)

et avec autant de dettes publiques (prises sur le dos des contribuables sans leur accord), l'inflation est inevitable comme le Amen dans l'église.